J’t’ai cancelled

J’t’ai cancelled

Brice ne comprend pas. Alors qu’il devait retrouver ses amis dans un bar du centre ville, sa carte de transport ne fonctionne plus. Il ne peut donc accéder à la station de métro. Le vélo partagé serait une solution malgré la chaleur de ce mois d’août 2022, mais impossible d’en retirer un à la station. Il décide de retirer de l’argent, mais sa carte est immédiatement rejetée par le distributeur. 

Inquiet, Brice tente de joindre sa banque, mais son téléphone refuse d’accrocher le réseau. Il se rend donc à pied au centre ville. Passant  devant une agence bancaire, il décide de s’arrêter afin d’obtenir des explications. Mais aucun conseiller ne veut le recevoir. L’agent de sécurité lui explique calmement qu’en raison de son comportement, il n’est plus le bienvenu dans une banque respectable. 

Brice a été annulé par l’Inquisition Numérique (IN). Cette organisation mise en place par le gouvernement nouvellement élu décide du bon comportement des gens. Si ceux-ci ont à plusieurs reprises un comportement déviant, ils sont alors écartés de la vie publique sans autre forme de procès. Il faut dire que la numérisation de la société a facilité cela. Un clic sur le bouton ‘Annuler’ de la fiche d’un citoyen lui ferme les portes de la société moderne. 

Si le numérique était dominé par des sociétés privées, la grande crise suite à la période des confinements a rebattu les cartes. Depuis, le domaine des télécommunications a été nationalisé. Et un tribunal citoyen statue sur les cas problématiques et sur les moyens de rééducation. 

Sortant de son agence bancaire, Brice apprend donc son bannissement de la vie numérique, et donc de la vie réelle. Ses rapports sur un collègue incompétent ont été jugés offensants. Même si les faits établis sont réels, ce dernier possédait la carte immunité (inscrire dessus une ou plusieurs minorités religieuses, sexuelles, politiques, …)

Les demandes de Brice ont donc été perçues comme d’odieuses campagnes de discriminations. Et tant pis si Brice était parfois obligé de rester après 20 heures pour corriger les erreurs créées par ce collègue incompétent, c’est lui qui est jugé par l’IN comme dissident de la société et donc à annuler.

Tant pis pour cette société de fous. Au moins ses amis ne le jugeront pas pour ces faits absurdes dont il est la réelle victime. Brice est un bon copain. Bon vivant, toujours à aider les autres, il espère un retour de ses amis fidèles. 

Arrivé au bar, heureusement pour Brice, ses amis sont en terrasse. Il ne risque pas d’être rejeté de l’établissement par le système de surveillance. Alors qu’il essaie de discuter avec ses amis, ceux-ci continuent de faire comme s’il n’existait pas. Brice ne comprend pas le comportement distant de ces derniers. Pourtant la veille, il les accueillait chez lui pour prendre un verre. 

Il faut dire qu’interagir avec un ‘annulé’ est considéré comme dissident. La nouvelle majorité ne veut pas que les comportements nocifs ne se reproduisent. Mettre au ban les éléments séditieux de la société est donc la méthode la plus efficace pour combattre le mal. 

Alors qu’il rentre chez lui, à pied, Brice remarque un tag : ‘IN ique’. “Les poètes des rues ont parfois plus de bon sens que nos dirigeants.” se dit-il. Rentrant chez lui, il a conscience qu’il va devoir déménager. Son propriétaire annulera son bail. Qui voudrait d’un annulé dans son immeuble. Reste la campagne où la main d’œuvre est recrutée quel que soit son statut. La mise au vert lui fera du bien. Les gens y sont plus simples.

Lorsque l’option ‘annuler’ est à portée de clic et que les gens n’apportent plus d’importance aux conséquences de leurs actes, alors tout est possible. Sous couvert d’idéologie, cette situation n’est pour l’instant que dans les espaces virtuels. Dans le monde réel, cela ressemble à un épisode de Black Mirror. Et nous nous en rapprochons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *