En scène

En scène

Coder c’est comme écrire une pièce de théâtre. Vous avez sûrement l’idée du siècle, le scénario parfait, … Maintenant, il faut décrire tout cela avant d’écrire votre premier script. Par quoi commencer ? Les protagonistes de l’histoire ? Les lieux ? Les objets utilisés ? Notez sur des feuilles volantes les idées pour chaque élément de votre application. Sur certains croquis, notez les relations entre chaque élément. Vous les compléterez plus tard.

Les protagonistes sont les utilisateurs de l’application. Il existe bien un rôle principal mais n’importe qui peut l’incarner. Il peut exister d’autres rôles. Le plus connu est l’administrateur. C’est lui (ou ses collaborateurs) qui, en coulisse, met en place les scènes suivantes, prépare les décors et les accessoires, appelle et envoie les autres comédiens, modifie éventuellement l’enchaînement des scènes, …

Les lieux sont le visuel de l’application, le décor. Ce sont les écrans que voient les utilisateurs. Ils doivent être décrits. Qu’affiche-t-on ? Comment ? Le décor apporte avant tout une ambiance. Les protagonistes pourront le contempler. Il s’agit de la couleur ou de l’image de fond de votre application, des couleurs primaires et secondaires appliquées sur les éléments de l’écran. La fibre artistique est un plus. 

Les objets utilisés sont les ressources manipulées. L’utilisateur peut prendre le contrôle de ces objets pour les utiliser ou les modifier. Une feuille blanche, une plume et un encrier permettront à l’un des acteurs de passer un message à un autre personnage plus tard, lors d’une autre scène. Cela fait bien longtemps que les blocs-notes (ou la version réduite, le copier-coller) sont des composants indispensables d’une bonne application.

Même si ces trois éléments présentés sont très différents, en informatique, ils sont considérés comme des objets. Ils partagent donc une même façon d’être décrits. Un objet, ce sont des propriétés et des méthodes. Un protagoniste possède ses caractéristiques (âge, taille, tenue, ..) et des actions qu’il peut réaliser (marcher, parler, prendre un objet, …). Il en va de même pour un lieu ou un accessoire.

Le héros de notre histoire, l’utilisateur, aura donc des situations prédéfinies au cours de la représentation. L’application laisse peu de place à l’improvisation. La situation initiale est toujours la même pour notre héros. Elle sera différente pour les autres protagonistes suivant leur rôle. Ensuite, les actes s’enchaînent même si l’ordre n’est pas tout le temps imposé. Enfin, vient la situation finale, et le rideau tombe. 

Notre pièce est prête. Mais pour la première représentation, il nous faut des acteurs. Leurs caractéristiques ne correspondent pas forcément à ce que nous avions en tête lorsque nous rédigions nos premiers scripts, pour autant, cela ne change pas l’esprit de la pièce. 

En informatique, on parle de classe et d’objet. Ce que nous avons décrit avant cela, ce ne sont pas des objets, mais des classes. Lorsque le héros s’appelait Harpagon. Cela n’a pas empêché Louis de Funès de reprendre le rôle de Molière. Faute de budget, les pièces d’or seront factices. Et on ne verra que peu d’éléments de la demeure de notre radin préféré. Mes nous assistons bien à la pièce l’Avare. 

Les classes décrivent. Les objets sont les représentations physiques de ces classes. A chaque fois que vous ouvrez une application, vous participez à une pièce. C’est toujours la même pièce. Il peut y avoir des nuances dans la façon dont elle est représentée, mais l’histoire reste la même.

Puisque notre pièce est bien décrite, bien codée … alors, en scène.

Laisser un commentaire