Full Stack Jacket

Full Stack Jacket

Depuis son expérience chez Mr Faure, José a enchaîné les missions dans d’autres groupes du bâtiment. Le statut d’employé enlève la question des futures missions et permet de se projeter par rapport à un revenu régulier. Il présente cependant un certain nombre de concessions. Nous ne décidons ni de notre activité, ni de nos outils de, ni de nos collègues de travail. Nous pouvons faire remonter cela à notre responsable. Mais sommes-nous entendu ?

C’est pour cela que José a décidé de se mettre à son propre compte. Son expérience est reconnue dans la région et il trouve des missions de chef de chantier. Son statut d’indépendant ne change pas ses compétences. 

José n’a pas suivi la voie de son père. Il ne s’est plus spécialisé dans la maçonnerie. Cela ne l’a pas empêché d’acheter un terrain et de construire sa propre maison avant l‘arrivée de son premier enfant. Il est bricoleur et avec l’aide de ses amis, il a pris part à chaque étape de sa maison. Fondation, charpente, maçonnerie, eau, électricité, réseau informatique, peinture, … il peut intervenir sur chaque domaine. 

Pour autant, son domaine est la supervision de chantiers. S’il devait être plus sur le terrain, José reprendrait l’activité de maçonnerie. Il ne lui viendrait pas à l’idée de proposer des services de ‘maçon, plombier, électricien, peintre, charpentier, …’. Cela ferait beaucoup de textes à afficher sur la camionnette. Et même s’il sait intervenir sur ces spécialités, il ne se reconnaît pas spécialiste. 

Les technologies évoluent. Comparez les méthodes de travail, les équipements installés dans les habitations dans les années 80 et ceux installées de nos jours. Le besoin est le même. Les outils et matériaux ont changé. Les méthodes de travail aussi ont évolué. Avec l’explosion des références, quel électricien peut se vanter de connaître toutes les références d’armoires électriques ?

Il en est de même dans le domaine informatique. Depuis peu, Olivier voit fleurir des offres d’emplois sur la recherche de développeurs Full Stack. Développeurs ‘pile complète’ ? Ce nouvel anglicisme à la mode indique que l’entreprise attend quelqu’un qui est opérationnel sur chaque phase d’un projet informatique : de la conception à la mise en place chez le client. Le développeur doit maîtriser tous les aspects techniques.

J’ai cherché des annonces et je vous laisse en apprécier une des meilleures. On dirait le CV d’un étudiant en informatique avant son premier emploi :

L’annonce est plus éloquente sur Pôle emploi puisqu’elle réclame au minimum 5 ans d’expérience sur les différentes technologies. Si Olivier connaît de nom la plupart des technologies évoqués, qu’appelle-t-on expérience ? Là est tout le problème. Réaliser un tutoriel pour comprendre une technologie est une chose. Connaître les forces et les limites de cette dernière nécessite des mois d’investissements. Alors en maîtriser des dizaines, …

Seul un recruteur d’une ESN peut proposer un poste pareil en se disant que le collaborateur s’adaptera à l’architecture proposée pour le client. Sauf que personne d’honnête ne peut prétendre à de telles connaissances. Même les ‘génies’ se limitent à une technologie par composant. Et encore, ils sont souvent hors contexte par rapport au besoin exprimé par la MOA.

C’est comme pour le plombier/électricien/peintre/maçon/…, il sera probablement efficace sur un chantier simple s’il décide des méthodes et technologies à utiliser. Il pourra construire sa cabane dans la forêt. Pour le siège social d’un grand groupe, et même en s’appelant MacGyver, ce sera Mission Impossible.

Développeurs Full Stack est en réalité le nouveau terme pour ‘autonome’.

Laisser un commentaire