Du bon usage de la prestation

Du bon usage de la prestation

À la base la prestation c’est le fait de faire faire quelque chose pour laquelle nous n’avons pas les compétences. Il nous est impossible de tout savoir faire. Mais d’autres ont les compétences qui nous manque. Dans le monde professionnel, nous passons un appel d’offre pour trouver les compétences et, suite à l’étude des réponses, nous acceptons le contrat du prestataire qui présente la meilleure offre

Vous avez besoin de refaire votre cuisine et vous n’êtes pas doué pour les travaux, vous demandez des devis à différents cuisinistes et vous choisissez celui qui répond le mieux à votre besoin. Si vous privilégiez le prix, vous choisirez le moins disant. D’autres critères de choix existent. Le temps (délai) et la qualité des travaux peuvent influencer sur votre décision. 

Dans le meilleur des mondes, bien que nous ne maîtrisions pas la technique, nous connaissons le domaine du chantier. Bien sûr, en cas de doute, nous pouvons passer par un professionnel qui s’assure de la bonne exécution des travaux. On parle de tiers de confiance et c’est aussi un prestataire, distinct de celui qui réalise les travaux. 

Toujours pour notre cuisine, il est possible de passer par un architecte qui suivra les travaux et vous assurera que le cuisiniste réalise en tout point la cuisine de vos rêves. Cela ne vous interdit pas de nous renseigner sur les projets menés par l’architecte et de vérifier que ce dernier n’est pas en lien avec le cuisiniste. 

L’échec est inhérent à tout projet. En principe, il est couvert par les assurances des professionnels engagés. Engager un tiers de confiance le limite. Bien sûr, il est possible d’économiser en payant au ‘black’ nos prestataires. Mais en cas de problème, il est inutile d’espérer un geste de l’assurance. 

Toute entreprise à ce qu’on appelle un système d’information (SI). Il s’agit de tous les équipements mis en place pour permettre aux différents organes de l’entreprise (la direction, la comptabilité, le secrétariat, …) de communiquer entre eux, avec leurs clients et leurs partenaires. Les responsables de l’entreprise veulent que ce SI soit le plus performant. Le service informatique est responsable de son entretien et de son amélioration.

De temps en temps, il faut donc mettre à jour le SI. Pour cela, le service informatique étudie l’écart entre le SI en place et les nouvelles technologies disponibles. Par exemple, si les ordinateurs de l’entreprise sont encore sous Windows 7, il va falloir mettre à jour tous les ordinateurs. Le support s’est terminé le 14 janvier. 

Suivant la taille du service informatique et la taille de l’entreprise, soit le chantier peut être réalisé en interne, soit il va falloir chercher des prestataires en renfort. Si la mise à jour n’a pas été déjà réalisée, c’est qu’on est dans le second cas. Donc appel d’offre, étude des réponses et signature du chantier avec le prestataire choisi. 

Et là, il faut bien s’accrocher. Les prestataires informatiques sont désignés sous le terme d’ESN : entreprises de services numériques. Et leurs efficacité ne dépend pas de leur taille. Une grande société ne signifie pas qu’elle vous apportera les compétences dont vous avez besoin pour votre projet. En effet, il n’est pas rare que cette dernière vous vende des ‘ressources’ déjà affectées à d’autres projets et vous envoie ses dernières recrues. 

De même, les CV sont souvent enjolivés et les titres ronflants nombreux. Les informaticiens de l’ESN sont renommés consultants et le titre ne signifie parfois pas grand chose. Bien sûr, pour vous assurer de la réussite de votre projet, l’ESN vous proposera en plus son profil sénior. Il est pourtant conseillé que le tiers de confiance ne soit pas lié à l’entreprise qui réalise les travaux, mais qui écoute les conseils du service informatique. 

La dérive du coût ou des délais d’un projet informatique est souvent lié à la qualité des prestataires. Comment contrôler la qualité de leur travail si on ne connaît pas les bases du domaine ? L’enfumage est fréquent. “Ce n’est pas Windows 10 qui est mal installé mais le client final qui s’en sert mal.” Ou bien, tout n’a pas été correctement paramétré en fonction du besoin émis par le client. Mais qui saura ?

L’informatique a une place non négligeable dans les entreprises. Si pour une petite entreprise, il est plus simple de sous-traiter la maintenance de son SI. Dans le cas d’un grand groupe, le service informatique devient obligatoire. Sous-dimensionné ou mal formé, il nécessitera un recours important aux prestataires. Si vous jouez au golf avec le patron de l’ESN, alors il n’y a pas d’inquiétude à avoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *