La révolution silencieuse

La révolution silencieuse

Passons le crieur public et le barde, au commencement des médias était la presse. Gutenberg avait fait ses émules. Avec l’arrivée des ondes électromagnétiques, l’information circula plus vite. La radio se multiplia dans les foyers. Puis la télévision. Au final, ces trois médias coexistaient sans se faire de réelle concurrence. La télévision n’a jamais remplacé la radio par son aspect monopolisateur. Et le papier a ses fans.

Puis vint Internet qui se prit de réinventer les trois médias favoris. Suivant votre croyance, vous parlerez de trinité ou de triforce de l’information 2.0. Le texte, plus léger, fut le premier à arriver sur le réseau des réseaux. Puis les podcasts ont fait leurs premiers émules. D’abord dans une forme primitive qui privilégiait la musique à l’information. Enfin, vint la vidéo et son partage sur Youtube (et Dailymotion 🙂

Il n’y a que sur Internet que le son se déplace plus vite que l’image. Bien avant que l’on parle de podcasts, la musique et les émissions été diffusées sur Internet. Partager les créations des autres c’est bien, mais partager ses créations … Les jeunes des années 90 qui enregistraient leurs voix en s’imaginant animateur de radios libres profitèrent de ce ‘nouveau’ média. Un public mondial leur était accessible sans autorisation. 

En réduisant sa taille, l’ouverture involontaire du format MP3 a facilité l’arrivée de l’audio sur Internet. Ainsi, en 2001 débute l’une des plus fameuses saga audio française : les donjons de Naheulbeuk. Si vous ne connaissez pas, cette série audio basée sur les clichés des jeux de rôles vous fera passer de bons moments. Il ne s’agit pas encore de podcasts. Le créateur dépose les épisodes sur son site. 

L’invention du flux RSS en 2002 va changer la donne. Avant, pour partager du contenu, il fallait que d’autres sites pointent sur le votre ou sur vos ressources. C’était la fameuse page ‘Liens’ ou ‘téléchargement’ que l’on trouvait sur les sites du début des années 2000. Avec les flux RSS, à partir d’un lien, toutes les ressources intéressantes d’un site sont accessibles par les outils de syndication de contenu. 

Si les ressources sont audio, on parle de podcasts. En réalité, il a fallu attendre 2004 pour voir le terme ‘podcasts’ employé. Il correspond à la fusion des mots iPod (le lecteur mp3 de chez Apple) et broadcast (diffuser). 

Si vous êtes créateur, pour  partager vos émissions, vous devez les télécharger sur un serveur et créer un fichier qui les liste en respectant la structure RSS. En pratique, les plateformes de partage de contenu audio créent ce fichier automatiquement après vous avoir faire remplir un formulaire qui décrit votre émission. 

Ensuite vous devez partager votre flux RSS. Il existe des annuaires qui recensent les ressources audio disponibles. Il suffit d’inscrire le lien vers votre flux RSS dans ces annuaires. Vous pouvez modifier votre flux quand vous voulez pour ajouter de nouveaux épisodes.

Si vous êtes consommateur, vous avez dû installer un logiciel de lecture de podcasts sur votre téléphone. Si Apple propose par défaut son application nommée ‘Podcasts’, je vous conseille plus tôt l’application ‘Downcast’ qui est plus complète et ergonomique, et la version payante vous évite les publicités. Sous Android, téléchargez ‘Podcast Addict’. Sur ordinateur, je vais directement sur les sites des créateurs pour écouter leurs podcasts.

Les applications connaissent la plupart des annuaires de podcasts. Ils proposent donc des listes des émissions les plus consultées. De plus leurs moteurs de recherche permettent de retrouver une émission particulière. À l’aide de quelques mots clés, vous retrouverez vos émissions préférées. Sachant que la plupart des radios françaises diffusent leurs émissions dans ce format, c’est une source fantastique d’informations. 

Nous verrons prochainement comment créer et diffuser ses propres émissions. Le monde des podcasts est très vaste : sport, science, santé, société, … vous trouverez sûrement des podcasts intéressants quelque soit vos goûts. Et vous pourrez les écouter dans les transports, durant le sport ou n’importe où ailleurs. Sur ce je vous laisse. Les tarés de ‘L’apéro du captaine’ viennent de diffuser leur dernier épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *