Tryphon Tournesol ?

Tryphon Tournesol ?

Elon Musk

Connaissez-vous Elon Musk ? Peu de chance à moins que vous ne vous intéressiez à la technologie. Par contre il y a plus de chance que vous connaissiez Tony Stark. Cet héros Marvel est plus connu que son homologue dans le monde réel. Milliardaire, grande gueule, playboy, avec des projets technologiques qui sortent toujours de l’ordinaire, Elon Musk n’est pourtant pas sorti de la plume de Stan Lee. 

Il commence l’aventure avec sa première société Zip2. Personne n’a entendu parlé de cette société de production de contenu web, mais il arrive à la revendre et récupère un peu plus de 40 millions de dollars qu’il partage avec son frère. Avec cet argent, il décide de créer sa banque, l’une des premières banques en ligne, et rachète une petite société prometteuse : Paypal. Il y apporte sa crédibilité. 

Paypal est revendu à eBay en 2002 et Elon Musk en récupère 180 millions de dollars. À 31 ans, il n’a pas décidé de s’arrêter. Il veut aller plus loin et vise les étoiles. Il fonde Space X en pensant que l’espace est le futur Eldorado. Il faudra attendre 18 ans pour qu’il trouve sa place au sein de la Nasa, et son projet de conquérir Mars ne le classe pas dans les personnes normales. Mais Elon Musk est inarrêtable. 

Durant cette période, il multipliera les acquisitions d’apparence farfelues. Qui aurait parié sur la voiture électrique et autonome en 2004 ? Elon Musk rachète Tesla alors qu’ils n’ont pas produit le moindre véhicule. Et ce n’est que l’un de ces projets. Powerwall, HyperLoop ou The Boring Company sont des sociétés qu’il a fondé. La rentabilité n’est pas immédiate, mais cela ne l’empêche pas d’engager des recherches importantes dans ces domaines. 

Inventeur ? Non. Investisseurs ? Oui. Mais toujours en cherchant l’innovation et l’inédit. Elon Musk est l’un de ces génies d’Internet dont on ne comprend pas le succès mais qui ont révolutionné notre mode de vie. Il n’est pas le premier. Loin de là.

Steve Jobs

Prenons un autre génie de l’informatique, Steve Jobs. Dans son cas, je pense que vous connaissez le mythique fondateur d’Apple. Il a fait l’objet de plusieurs films et pourtant, pour un concepteur d’ordinateur, la partie technique reposait plus sur son collègue Steve Wozniak. L’équipe fonctionne. Jobs oriente les développements en fonction de ce qu’il perçoit du marché de l’époque, Wozniak réalise la partie électronique et logicielle. 

Les médias ne retiennent que l’entrepreneur, l’homme d’affaire. Woszniak, le gros geek à lunettes, reste dans l’ombre de son partenaire. Et pourtant, il est autant responsable que Jobs des premiers succès de la marque à la pomme. 

Le talent de Steve Jobs a surtout été de rendre l’informatique accessible au grand public. Là où l’ordinateur, par sa complexité, n’était réservé qu’à des chercheurs et des institutionnels, il voulait que n’importe qui devienne client de ses gadgets en privilégiant simplicité d’usage. L’histoire retient Apple II. Le grand public se souvient surtout de l’iMac, de l’iPod, de l’iPhone, de l’Apple Watch, …

Bill Gates

D’accord, je viens de citer deux milliardaires grâce à l’informatique qui, en pratique, n’ont jamais réellement programmé. Mais vous pensez à un autre milliardaire, longtemps l’homme le plus riche du monde, Bill Gates. Avec sa tête de premier de la classe, ses lunettes et ses pulls moches, il devait passer ses journées devant un écran ? Pardon ! Je vais casser un mythe. Bill n’est pas devenu milliardaire grâce à ses talents de développeur.

Bill Gates est l’un des fondateurs de Microsoft (Microcomputer Software). La société est bien connue pour ses systèmes d’exploitation qu’il s’agit de MS-DOS en mode textuel ou Windows. Vous connaissez aussi la suite Office avec Word, Excel et Powerpoint. Mais revenons en arrière. Bill Gates n’a pas développé MS-DOS. Ils ont acheté un logiciel, QDOS, et l’ont personnalisé avant de le revendre. 

Ce qui va rendre riche Bill Gates, c’est l’accord avec IBM. MS-DOS sera présent sur les ordinateurs destinés au grand public. Cet accord va rendre incontournable Microsoft dans l’informatique grand public. La chance peut être. Ou le charisme de Steve Ballmer, un type qui vendrait des réfrigérateurs à des eskimos. 

En fait, le seul qui soit devenu milliardaire grâce à son talent de développeur, c’est Mark Zuckerberg. Mais développer un trombinoscope amélioré mérite-t-il d’être considéré comme une grande avancée dans le monde informatique ?

Ce qui caractérise ces talents qui ont révolutionné notre société ne réside donc pas réellement dans leur capacités à manipuler ou à créer de nouvelles technologies. Ils savent s’entourer de véritables experts et comprennent les besoins qui ne sont pas encore exprimés. Ils tirent de leurs échecs les enseignements qui forgent leurs réussites. Ils multiplient les projets. Ce sont de vrais génies du Marketing. Ils entreprennent. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *