Le serveur de l’enfer

Le serveur de l’enfer

On m’a dit de ne pas aller sur ce réseau, mais c’est mon travail. Traquer et éliminer les zombies, sous toutes leurs formes. Je me présente, Chris R., je suis un programme spécialisé dans le nettoyage des réseaux. J’appartiens à l’équipe Alpha, l’élite des programmes de protection de réseaux. Avec mes coéquipiers, nous rétablissons les serveurs et ordinateurs d’un réseau lors de l’attaque de virus et autres saloperies de hackers. 

Mais présentons l’équipe. Albert W. est notre chef, il cartographie chaque équipement et planifie l’ordre des cibles pour éradiquer définitivement les menaces. Jill V. est une intelligence artificielle dont les conseils se révèlent pertinents sur la situation. Barry B. est notre artillerie lourde. Il enchaîne les SIGKILL sans s’arrêter. Les autres membres de l’équipe servent de faire valoir.

Alors que nous survolons la zone et observons la situation, Albert propose de commencer sur un équipement réseau apparemment sain qui donne accès au plus gros serveur de la zone. D’après ses informations, ce serveur contrôle l’ensemble du réseau. Il serait à l’origine de l’infection. Si nous en reprenons le contrôle nous isolerons la menace. Albert expose la mission. 

Le plan et simple. Barry et moi fonçons vers le serveur et détruisons toutes les menaces visibles. Jill explore les environs pour détecter les virus les plus retors, les plus difficiles à détecter. Albert couvre nos arrières et coordonne l’opération. La routine pour nous. Que pourrait-il mal se passer ? Notre pilote manœuvre pour nous déposer sur le routeur repéré. Tout à l’air calme. 

À peine arrivé, nous sommes attaqués par un groupe de virus inconnus. Ils sont très agressifs et déchiquettent l’un des membres de l’équipe. Affolé, le pilote s’enfuit et nous laisse au milieu de ce territoire ennemi. P… Albert, il va falloir changer d’informateurs. C’est la débâcle. Albert nous ordonne de nous replier vers le serveur principal. Je vois Barry dégager un chemin, mais encore aux prises avec un adversaire, je ne peux les rejoindre. Alors que je les vois progresser vers le serveur, je suis encore aux prises avec des cerbères.

Je me hâte d’éliminer les derniers virus mais je ne peux que les voir entrer dans le serveur. Face à moi, une armée de processus zombies vient de se dresser. Heureusement, j’aperçois un autre port de libre et j’arrive à pénétrer ce serveur. Mes camarades ne me répondent plus. Je n’ai aucune indication, aucun renseignement. Si la zone où nous sommes arrivée était la partie saine, je n’ose imaginer l’intérieur de ce serveur. 

Le lieu est calme, trop calme pour un serveur contaminé. Dans ce genre d’opérations, les équipements contaminés sont exploités au maximum. Les ports débordent de requêtes nocives destinées à contaminer les équipements proches. De plus, un processus alien force l’équipement à miner du bitcoin, envoyer des documents piratés ou décrypter des clés. Là rien. Mes camarades sont passés par un port. Et moi par un autre. 

Albert semblait persuadé que ce serveur est le nœud de l’attaque. Je sais que mes camarades sont quelque part. Il me faut donc les retrouver afin de reformer l’équipe. Je progresse donc répertoire par répertoire en espérant les retrouver, mais la tâche est compliqué. Je n’ai jamais vu une arborescence aussi complexe. Le processus alien semble être à l’oeuvre depuis un moment.

Suivant le répertoire, je me retrouve soit devant des fichiers en décomposition, probablement attaqués par zombies, soit devant des fichiers cryptés par une clé étrangère, oeuvre du maître zombie, l’alien. Parfois, un processus zombie cherche à me détruire. J’arrive toujours à m’en débarrasser, mais les armes commencent à me faire défaut et ces saloperies ne préviennent jamais. Je les détecte toujours au dernier moment. 

Au détour d’un nœud de l’arborescence, je retrouve Jill, seule. Elle m’explique leur accès au serveur et la surprise de ne pas me retrouver. L’apparition brutale de cette horde de zombies les a aussi pris de court. Une fois sur le serveur, Albert leur a proposé de se séparer pour aller plus vite. C’est bien connu dans ce type de situation, on est plus efficace seul. Jill ne comprend pas le sarcasme de mon commentaire. Je ne comprends pas pourquoi Albert enchaîne les erreurs. 

Jill sait où se trouve Albert et propose de m’y emmener pour faire le point. Cela fait des heures que je tourne en rond dans cette antichambre des enfers alors retrouver mes partenaires me semble la meilleure des options. À mon arrivée, je trouve notre chef différent. Jill me dit qu’il est sain mais je le sens distant. Son comportement semble éloigné de celui qu’il adoptait lors des précédentes missions. 

Albert me fais un débriefing de la situation. Je comprends de ses explications que le serveur est habité par un démon très dangereux. L’hôte de ce serveur que je prenais pour un alien standard est sûrement la pire menace que nous n’ayons jamais rencontré. À suivre …

Laisser un commentaire