Souriez ! Vous êtes filmés !

Souriez ! Vous êtes filmés !

Je suis dans la métropole, invisible. Même si les caméras se sont multipliées, je reste une énigme pour les enquêteurs. Qui aurait pensé cela possible. Si les caméras de vidéosurveillance étaient un luxe il y a 30 ans, aujourd’hui elles sont présentes partout dans notre vie. Le matériel a été réduit à la taille d’une tête d’épingle et les grandes corporations en ont placé partout. Souriez ! Vous êtes filmés ! Moi, c’est ce que je fais. 

Qu’est-ce qu’une caméra ? Rien qu’un simple périphérique d’entrée dans un système d’information. C’est un équipement qui capture la lumière, un peu comme nos yeux. Il s’agit d’une surface photosensible qui capture la lumière. L’information de la caméra est la lumière qu’elle reçoit. Ensuite, elle confie cette information à une unité de traitement. Cette unité étudie ou enregistre l’information. 

De nos jours, une caméra transforme la lumière en signal électrique. La lumière, par un jeu de lentilles, frappe un capteur. Celui-ci est découpé en pixels. Chaque pixel est découpé en sous-pixels qui filtre une couleur : rouge, vert ou bleu. Suivant l’intensité de la lumière, le sous-pixel renvoie une tension électrique, l’information. Il suffit de connaître la valeur de chaque sous-pixel pour déterminer la couleur capturée par le pixel. 

Un capteur se compose de millions de pixels. Comme pour le jeu colorado, en assemblant chaque pixel dans le bonne ordre, on obtient une image. Répétez les captures de lumière plusieurs fois par seconde et … magie … l’image bouge. Cela paraît naturel de nos jours d’avoir une caméra dans sa poche, mais le traitement réalisé n’en reste pas moins impressionnant. La quantité d’information traitée par une caméra est hors de portée de l’esprit humain. 

Et pourtant aujourd’hui n’importe qui peut capturer une vidéo, et la diffuser au reste du monde. Bien sûr les grandes corporations nous ont encouragé à acheter des caméras. Ce sera pour vous un moyen de partager vos bons moments, de conserver vos souvenirs, de discuter avec un futur employeur, de protéger vos proches et vos biens, … . Les applications sont multiples. Les corporations en ont mis partout dans les objets du quotidien. 

Vous pensez à votre téléphone ou votre ordinateur portable. C’est vrai. Et vous décidez de vous en servir ou non. Enfin, c’est ce que vous pensez. Je dois être un peu paranoïaque mais lorsque que je vois le patron de Facebook mettre un cache devant la webcam de son ordinateur portable, je me dis que je ne dois pas être le seul à pouvoir accéder aux informations enregistrées par celle-ci. 

Des caméras, il y en a aussi dans les téléviseurs haut de gamme. Officiellement, cela permet de contrôler votre téléviseur par des gestes. En off, avec un bon sniffer, on s’aperçoit que les informations remontent au constructeur. Les télévisions sont connectées à Internet. Le constructeur peut connaître vos émotions devant un film ou quelle publicité vous a accroché. Les marketeux raffolent de ce type d’informations. Quelle ironie ! Vous regardez un programme et vous devenez le spectacle d’algorithmes d’études de comportement.  

Les assistants domotiques aussi commencent à s’équiper de caméra, bien sûr pour vous offrir des services toujours plus innovants. Le Facebook Portal ouvre une fenêtre chez vos proches, un moyen d’être tout le temps connecté. La publicité au cinéma était pleine de bons sentiments avec des grands parents qui jouaient avec leurs petits enfants. Mark n’aurait plus peur des webcams et aurait sécurisé son système. 

Pour prendre un dernier exemple de caméras, l’initiative d’en placer dans consoles vidéos actuelles n’avait pas été un succès. Quelques scandales avaient mis fin à cette mode du partage de sa vie privée à tout va. Et pourtant, cela n’empêche pas les constructeurs d’en placer partout. Et nous sommes restés ici que dans le cadre de notre vie privée. 

Vous n’imaginez pas dans le cadre public, combien les caméras de vidéosurveillance se sont multipliées. Le principe est encadré. Il s’agit de protéger, de sécuriser les lieux et les gens. Les braves gens n’ont rien à craindre de cette multiplication mouchards. Enfin, çà, ce sera un autre article. Et peut être, je vous expliquerez comment être invisible face à cette surveillance de masse. 

Laisser un commentaire