Miss Augine

Miss Augine

Que ce soit dans le bâtiment ou en informatique, la misogynie est très présente. Les métiers liés à ces domaines sont souvent considérés comme des métiers d’homme. Pour le premier domaine l’explication est souvent liée à la difficulté du métier notamment à cause de contraintes physiques importants. Les lois de la physique et de la biomécanique sont impitoyables. Une femme de moins de 50 kg à plus de chance de se blesser en portant des sacs de 25 kg qu’un homme de 75 kg.

Dans le cas du bâtiment, cela ressemble presque à de la galanterie. Aucun homme ne souhaite voir une femme se blesser. Pourtant, à physique égal, les femmes sont tout aussi capables. L’émulation dans le travail peut être saine. Mais le penchant misogyne existe aussi. Et les arguments sur leur fragilité, leur difficulté à lire un plan ou le risque qu’elles perturbent les hommes sur le chantier arrivent. 

Ces derniers arguments sont cependant devenus obsolètes de nos jours et étaient déjà très condescendants quelque soit l’époque. Ils infantilisent autant les femmes que les hommes qui travaillent sur un chantier. Et pourtant le BTP n’est pas reconnu comme embauchant autant de femmes que d’hommes. Je ne prends pas en compte les situations culturelles et sociétales. Je ne souhaite pas refaire l’histoire et débattre des heures. 

Pour l’informatique, la raison de la faible représentativité des femmes dans le domaine est … non définitivement je ne comprends. Je vais devoir chercher des arguments farfelues et tellement stupides que même les gros bras du bâtiment vont se moquer de ma bêtise. Mais je me dois de justifier l’injustifiable, sinon, comment s’en moquer. Je tiens cependant à préciser que j’ai entendu ces ‘arguments’ de gens ‘responsables’.

Argument 1 : “C’est un domaine technique, donc pas pour les femmes.”. Ce n’est pas un argument mais une affirmation. Essayons de creuser. Les domaines techniques sont souvent vus comme risqués. La révolution industrielle du XIXème siècle a amené un progrès technologique mais le travail en usine était épuisant. On n’était pas aux 35 heures et les conditions de travail étaient difficiles. Et les femmes devaient tenir la maison.

Pourquoi pas au XIXème siècle pour des métiers dans les usines, sur les chantiers et dans les mines. Mais j’ai du mal à saisir l’argument au XXIème et surtout pour un travail de développeur. L’effort physique le plus intense en informatique est de se lever pour aller chercher un café. Taper sur un clavier est à la portée de tous. 

Argument 2 : “Les femmes ne savent pas coder.”. Comme précédemment, je ne vois sur quoi est basé cette affirmation. D’un côté j’entends les féministes dire que le premier programme informatique a été écrit par Ada Lovelace et de l’autre les trolls faire remarquer que depuis, ce sont des hommes qui programment. Prendre l’histoire comme référentiel en occultant le contexte est toujours risqué. 

Restons sur des faits. Pour programmer, il faut être logique. Il faut savoir décomposer des activités complexes en actions simples et compréhensibles par la machine. Il faut aussi être rigoureux puisqu’une machine ne fait que suivre les instructions données. Ces qualités ne sont pas déterminées par nos organes génitaux mais par notre capacité à détailler un problème. Le niveau d’étude aide bien mais l’ouverture d’esprit aussi. 

Argument 3 : “Les femmes perturbent les hommes au travail.”. Je ne sais pas qui doit le prendre le plus mal. Les femmes vues comme des objets de désirs par des petits chefs, ou nous les hommes vus, par ces mêmes petits chefs, comme des animaux incapables de nous contrôler en présence d’une personne de l’autre sexe. Le niveau de con … descendance pulvérise la limite autorisée.

Je pense que vous connaissez d’autres ‘arguments’. Les 3 points cités, je les ai entendu lors d’une mission précédente. Je n’ai pas besoin de préciser la toxicité de mes ‘responsables’. Leur misogynie ne s’exprimait pas uniquement par des arguments foireux. Les mots fleuris étaient légions, toujours dans le dos des femmes. Et l’un des responsables préférait les jeunes hommes.

Je ne suis pas mécontent d’avoir quitté ce lieu malsain. Les premières victimes de cette misogynie dans le cadre informatique sont les femmes. Au final, tout le monde est perdant. Nous nous passons de compétences sous prétexte de croyances stupides.

Laisser un commentaire