Vie de m…icroprocesseur

Vie de m…icroprocesseur

Norbert est de la Haute. Il est un microprocesseur. Un µp comme l’on dit dans les écoles d’Intel et d’AMD. Rien à voir avec ces pouilleux de microcontrôleurs qui se contentent de métiers de seconde zone. Norbert n’est pas là pour répéter quotidiennement la même opération en se chargeant de tous les contrôles. Norbert le µp voit sa future carrière comme un chef d’orchestre. Il contrôlera des microcontrôleurs et réalisera des tâches complexes.

Microcontrôleurs et microprocesseurs sont similaires dans leurs conceptions. Il s’agit d’enchaînements de transistors protégés dans un bloc de plastique. Des ‘pattes’ permettent à ceux-ci de communiquer avec le monde extérieur. Passé l’aspect physique, les différences sont très nombreuses. 

Un microcontrôleur est autonome dans son comportement. Il intègre ses unités de traitement de l’information, sa propre mémoire (modifiable et non modifiable). Il peut intégrer aussi d’autres mécanismes comme une horloge et des réveils, des convertisseurs analogique/numérique et inversement, des convertisseurs pour discuter avec d’autres équipements autonomes, … suivant les besoins de sa mission. 

Norbert se moque de tout ces périphériques. On n’attend de lui que du traitement. Il n’est qu’unité de traitement pure. Plus il en possède et plus il est bien vu dans la hiérarchie des µp. Cela peut représenter plusieurs milliards de transistors organisés de manière à répondre à des calculs scientifiques complexes. Son rêve. Et pour les tâches annexes, il délèguera au microprocesseurs disponibles sur la carte mère.

Norbert a choisi son école. Ce sera Intel, la meilleure des écoles. Il existe bien d’autres écoles et d’autres carrières, mais Norbert a su accéder à l’école la plus ancienne et la plus noble. Tout petit carré de silice, il rêvait de cela. 

À la suite de sa formation, il disposera de 24 cœurs et traitera en parallèle le double de demandes. Il fera ses calculs 2,2 milliards de fois par seconde. Il pourra contrôler les derniers périphériques sortis à des vitesses fabuleuses (plusieurs TB/s, 1 million de fois votre connexion internet) en dépensant à peine plus d’énergie qu’un cycliste. Tout cela, sera bien sûr réalisé sans erreur et sans crainte des vilains pirates. 

Il existe trois autres carrières pour les µp. L’école des GPU (Graphical Process Unit) est à la mode. Surtout celle de Nvidia. Elle forme des µp spécialisés dans le traitement des images. Les calculs sont plus simples (RISC) et les unités de traitements bien plus nombreuses. Plusieurs milliers pour les meilleurs. Ce type de µp remplacent souvent les µp traditionnels pour des calculs autres, mais ils sont toujours commandés par des µp traditionnels comme Norbert. Donc, en dessous dans la hiérarchie. 

La deuxième école est celle des traitements spécifiques. Comme pour l’école des GPU, les µp ASIC (‘Application Specific Integrated Circuits’ ou Circuits intégrés spécifiques à une application) sont spécialisés dans une mission, par exemple, les calculs complexes liés au chiffrage/déchiffrage de l’information pour décrypter les communications des ‘méchants hackers’. Money is money. Aujourd’hui, ils préfèrent miner des bitcoins dans des usines chinoises.

La troisième école est celle des circuits intégrés programmables. Les µp issus de cette école peuvent choisir de faire des calculs simples ou complexes. Ils peuvent changer de voie à tout moment de leur carrière. Ils sont utilisés pour simuler d’anciennes versions de µp ou servir de prototypes pour les futures architectures des µp traditionnels. L’école la plus connue de cette branche est la FPGA. Ce sont des précurseurs et des passionnés d’anciennes technologies. Ils sont ouverts vers le passé et le futur. 

Norbert va bientôt recevoir son diplôme Intel avec certification Xeon. Avec cela, il sait qu’il ne travaillera pour afficher les comptes d’une famille et des vidéos YouTube mais il sera dans des laboratoires pour explorer l’infini et au-delà. Un autre monde …

2 thoughts on “Vie de m…icroprocesseur

Laisser un commentaire